Brioche parisienne aux trois chocolats

brioche parisienne 3 chocolats (6)

Cette brioche, c’est un délice, du réconfort à chaque bouchée, si vous saviez, et en ce moment j’avoue en avoir besoin, car aujourd’hui je vais commencer à vous résumer ma vie professionnelle depuis un an et demi…

Aujourd’hui le sujet sera comment j’ai commencé à travailler là ou je travaille…

Un dimanche j’ai quitté mon mari, j’ai fermé pour la dernière fois la porte de ma maison, j’ai laissé la clé de mon esprit sur la porte et tous les morceaux de mon cœur brisé sur un bout de papier griffonné avec juste quelque mots, les derniers mots…

Je ne me souviens plus très bien, de comment j’étais, de la peur, de la tristesse, de la détresse de ce jour, du déchirement, mais aussi d’une sorte de soulagement, insoupçonnable, je sauvais ma vie, car si ce n’était pas lui qui m’aurait tuée j’aurais été celle qui aurait fini par m’ôter la vie…

Nous avons prit un covoiturage, une de mes meilleures amies et moi accompagnées de deux copines, le garçon qui nous conduisait hallucinait au récit de nos péripétie et j’ai atterri ici dans cette ville, si grande, avec tellement de monde, cette ville que je ne connaissais pas et que j’aime tellement maintenant… A ce moment là je boitais, je m’étais fait une entorse du genou droit qui auparavant avait été fracturé deux fois, et je me retrouvais à devoir courir partout avec cette jambe qui ne fonctionnait pas, et il me fallait porter des talons que je n’avait enfilé depuis des années pour les entretiens d’embauche que je comptais passer… Je me retrouvais aussi hébergée chez ma meilleurs amies dans un petit t1 avec son concubin, je dormais dans le clic clac du salon, j’ai essayé d’être la plus discrète possible, la moins présente et la plus agréable que je pouvais… (Ça a duré un mois.)

Le premier jour fut coiffeur, habillage et achat de maquillage avec les quelques sous que j’avais pu ramener avec moi, le second fut repos, et rencontre d’un gars qu’une de mes copines connaissait. Celui ci me regarde et me lance « tu veux travailler ? » Je lui répond que oui… Il me demande si je suis prête a souffrir, car il connaît une femme gouvernante dans le meilleur hotel de la ville qui recrute… Je lui rétorque que je n’ai pas peur de l’effort, et qu’il n’avait qu’à me montrer si s’était si difficile que ça… Je faisais un peu genre car si il y a bien une chose que je savais c’est qu’il n’y a pas de travail plus difficile que celui de femme de chambre…

brioche parisienne 3 chocolats (3)

Le lendemain j’appelais la dite gouvernante qui me questionne et me dis « écoute tu déboules demain, deux jours de formation et on va voir si t’as des couilles » le défi est lancé. Le lendemain j’arrive avec ma pièce d’identité, ma carte vitale, ma jambe amochée, mes 81 kilos, ma culpabilité et mon besoin de travailler… La gouvernante me dis « ici si on est une merde on tiens pas une semaine… » 15 chambres avec Anna qui deviendra ma collègue, rythme soutenu, excellence, minutie, rapidité, courir à tous les étages, monter les escaliers, se mettre à quatre pattes, faire briller, ne pas s’arrêter, serrer les dents à la douleur, sourire, ne pas flancher, ainsi fut mon quotidien. Je ne vois même pas la beauté des lieux, le raffinement, la finition… Le troisième jour je suis lâchée seule avec 13 chambres (le max normalement c’est 10), une horreur, pendant un mois je n’ai pas mangé une seule fois le midi et le soir je faisais très attention de ne pas trop manger chez mon amie, j’ai connu la faim, la fatigue intense, un désespoir mêlé d’espoir, j’ai voulu des milliers de fois rentrer chez moi mais la peur de la réaction de celui qui allait devenir mon ex mari me bloquait, j’étais écartelée, mais je n’ai jamais regretté mon travail, où j’ai rencontré des gens extraordinaires, certains fourbes, d’autre idiots mais quelques uns juste top, sincères avec qui je sors… on se confie, on se soutien, des gens qui m’acceptent avec mes défauts, qui se fichent de nos statuts, avec qui je travaille en toute intelligence, avec qui je veux continuer encore un peu… Quand je repense à cette période j’y vois du blanc comme du noir, j’y vois des joies comme de réelles tristesses, je me souviens de mes doutes, constants, mais de mon envie de m’intégrer dans cette entreprise, cette envie de de prouver que je n’étais pas une chochotte et que j’en avais autant dans la tête que dans les bras !!! Je pense au moins avoir réussi ce défi !!!

La prochaine fois je vous raconterais le harcèlement que j’ai pu connaître (car j’en ai été victime et le suis encore des fois), les joies comme les trahisons, les horreurs que les femmes de chambres peuvent voir, je vous raconterais plein plein plein de choses parce qu’il y a de quoi faire !!!

Et comme le temps file cette brioche aussi !!! Délicieuse aux trois chocolats, à dévorer !!!

brioche parisienne 3 chocolats (2)

Brioche parisienne aux trois chocolats

Pour 1 grosse brioche

600 g de farine 6 œufs (330 g) 100 g de sucre ½ cac de sel 18 g de levure boulangère 1 cac de vanille liquide 100 g de chocolat noir coupé en morceau 100 g de chocolat au lait coupé en morceau 100 g de chocolat blanc coupé en morceau

brioche parisienne 3 chocolats (4)

Préparation de la pâte à la machine à pain : Placer tous les ingrédients sauf le beurre dans la machine à pain en suivant l’ordre recommandé dans le mode d’emploi de la machine. Sélectionner la fonction Pétrir. Au bout de 5 minutes de pétrissage arrêter le programme, ajouter le beurre et relancer le programme dès le début afin que la pâte soit bien pétrie. Ôter la pâte de la machine à la fin du cycle.

Préparation de la pâte à la main : Diluer la levure dans 2 cuillères à soupe de lait tiède. Dans un grand bol, mélanger la farine avec le sel et le sucre. Creuser y ensuite un puits, et y verser les œufs battus. Mélanger avec une cuillère en bois en commençant par le centre et en élargissant le mouvement vers les bords en faisant tomber la farine au fur et à mesure. Quand la pâte commence à se rassembler en masse, la verser sur le plan de travail légèrement fariné et la travailler quelques minutes de façon à ce qu’elle devienne homogène. Ajouter le beurre ramollie en en travaillant bien la pâte (n’ajouter que le strict nécessaire de farine pour empêcher la pâte de coller au plan de travail). Continuer de pétrir 5 à 8 min environ jusqu’à ce que la pâte soit devenue souple et lisse. Mettre la pâte en boule à doubler de volume dans un saladier couverte d’ film alimentaire pendant 1h 1h30 environ dans un endroit tiède.

brioche parisienne 3 chocolats (1)

Préparation de la pâte au batteur : Verser la farine, le sucre, le sel, et la levure dans la cuve de votre batteur. Ajouter les oeufs. Pétrir cette pâte pendant 2 à 3 minutes à vitesse lente. Lorsque la pâte est épaisse, incorporer le beurre bien mou. Pétrir de nouveau à vitesse moyenne pendant 5 à 10 minutes. La pâte doit devenir lisse et élastique. Elle se décolle des bords de la cuve. Laisser la pâte doubler de volume pendant 1 heure voir 1 h30 à température ambiante couverte d’un torchon.

Préparation de la brioche aux trois chocolats : Quand la pâte a levée, la pétrir brièvement en y incorporant les éclats de chocolats. L’écraser délicatement en cercle et la refermer en rabattant les bord vers l’intérieur, renouveler l’opération 2 fois. Façonner la brioche parisienne en confectionnant une grosse boule et une petite boule. Disposer la grosse boule dans un moule à charlotte recouvert de papier sulfurisé puis mettre dessus la petite boule. Laissez lever 5h à température ambiante. Dorer la brioche avec un peu de lait, et enfourner dans un four préchauffé à 180°C pour 30 à 40 minutes. Laisser refroidir et déguster !!!

brioche parisienne 3 chocolats (5)

Publicités

15 réflexions sur “Brioche parisienne aux trois chocolats

  1. Tu es un des derniers, voire le dernier blog cuculinaire que je lis… parce que tu as des choses à dire… j’aime ça.
    Je me suis trompée, durant tous ces mois je pensais que tu bossais en cuisine en fait.

    J’attends la suite de tes récits… 🙂

    • Coucou ma lydoue!!!!! Comment vas tu???
      Je traîne énormément en cuisine effectivement, mais plus pour manger que pour autre chose, et encore, depuis que l’on veux me former en tant que gouvernante interdiction de copiner avec les autres services, alors je vais devoir faire une croix dessu, mais ça; se sera dans la suite des confessions d’une femme de chambre ancienne femme pas très bien traitée…
      Je suis contente que tu continus a me rendre visite et je t’avoue me sentir des fois à l’étroit car mon blog et connu de tout mon entourage donc grande autocensure!!!
      Bisous bisous!!!

      • Suggestion : Nouveau blog juste d’humeur, dont tu ne fileras l’adresse qu’à ceux que tu souhaites inviter…
        Comme ça, tu pourras te lâcher ! 😉

      • T’y tenir ? Mais peu importe, tu publies quand tu as envie. Regarde les dates de publication chez moi… des fois, il peut se passer 5 ou 6 mois sans un billet, et puis, comme en ce moment, ça défile. 😉

        Je réponds plus tard… à ta réponse… parce qu’elle suscite en moi d’autres réflexions ! Tu parles, j’en profite, la seule à oser répondre !!! Je savais que mon billet dérangerais, mais là, il bat tout les records !!! ^

  2. ahhh ma chère sweety, nous ne vivons pas dans un monde parfait loin de là!!
    Que ne faut il pas faire pour gagner son pain quotidien..
    Je suis sure que tu auras des jours meilleur..la roue tourne pour tout le monde.. il faut etre juste un peu patient..(parfois beaucoup).
    pour en revenir a ta brioche!! j’adooore.. j’aime la boulange et les brioches en particulier..
    bises tiens bon..

    • Ma brioche était délicieuse!!!! J’ai adoré si tu savais!!!
      c’est vrai que ça n’a pas été facile mais ce travail m’apprend l’abnégation, m’apprend à etre de plus en plus calculatrice, la minutie l’attention permanente, parce que comme qui dirait ma chef on est dans un 5 étoiles pas dans un ibis!!!
      Bisous bisous!!!
      No pain no gain!!!

  3. Avec un bon bout de brioche dans la main, la lecture se fait mieux ^^
    Dans certains de tes anciens billets, j’avais cru comprendre certains passages auxquels tu fais allusion… Tu es plein de mérite ! J’admire ton courage :))
    Bon alors on attend la suite maintenant ! hé, t’as réussi à nous accrocher, on va finir par devenir fidèle ! hi hi hi !
    Plein de bises et @ très vite !
    Sandy

    • Le début d’une épopée épique mdr!!!
      Y a pas vraiment de courage, je suis surtout une courge qui devait bien gagner sa vie et trouver un travail… en 3 jours avouons le s’était une super opportunité!!!
      je suis heureuse de la route parcourue même si je trouve que je suis lente et compliquée!!!
      Bisous bisous pleins d’amour!!!
      A très bientôt j’espère!!!

  4. Bravo à toi tu t es battue je te félicite tu le mérites je te souhaite pleins de bonnes choses . Super ta brioche je suis entrain d en faire une . Bisous

  5. J’attends avec impatience la suite de tes récits (mais aussi de tes recettes)…. Bravo pour tout le courage dont tu as fait preuve pour surmonter toutes ces difficultés ! Tu peux être fière de toi 😉

    A bientôt
    Bisous

    • Je suis heureuse de mon avancement même si pour moi ce n’est jamais suffisant, particulièrement quand je suis crevée à la fin de la journée que je rentre chez moi avec le dernier métro et que je suis moooooorte!!!!!
      La je me dis aaaaaahhhhh j’en ai marre!!!! Je suis fatiguée, je veux doooorrrrmmmirrrrr!!!!
      Bisous bisous ma belle!!!!

  6. Je découvre ton blog Sweety, par l’intermédiaire du dernier article de Lydoue… Des recettes alléchantes je vais en découvrir c’est certain mais je vais surtout lire ton histoire et tout ce que tu voudras et partager avec nous;)

    • Bienvenue chez la plus que bizarre et folle sweety!!!
      Je te dis à bientot et j’espère pouvoir moi aussi te laisser quelques mots sur ton blog que je découvre aussi!!!
      Bisous!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s